Présentation

L’objectif de ce carnet sera de rendre compte des travaux du Groupe d’études des républicanismes et du bien commun (GEREP). Par conséquent, son objet scientifique sera celui du GEREP.

Le Groupe d’études des républicanismes et du bien commun (GEREP) est un groupe de recherches fondé en 2014, qui rassemble en premier lieu des universitaires autour de la philosophie républicaine. Il forme le cadre d’une réflexion collective, dont l’objectif est de renforcer la visibilité et la dynamique des théories politiques républicaines. Parce qu’elles ont pour point commun d’accorder une place fondamentale au bien commun (ou dans une acception plus étroite à la chose publique), elles impliquent d’interroger la légitimité, les limites et la nature des institutions politiques – étatiques ou non – susceptibles de permettre au peuple de déterminer collectivement le contenu de ce bien commun, et d’en contrôler la réalisation. Ce qui n’est pas sans poser, par exemple aussi, la question centrale du statut des biens communs.

1.1. Une réflexion collective et ouverte

Le GEREP repose sur une vision collaborative de la réflexion et de la recherche, selon laquelle la pensée philosophique avance par la discussion, et notamment par le débat d’idées contradictoire. En ce sens, il ouvre ses portes à toutes les sensibilités, à condition qu’elles permettent au débat de progresser. Il promeut l’esprit de groupe, dans le plus grand intérêt de la clarté des arguments et de leurs applications.
Le GEREP est donc, par principe, pluraliste puisque la pluralité des approches (conceptuelle, historique, pratique) est nécessaire à la richesse des réflexions. Aucune convergence ne saurait être exclue a priori, qu’elle soit théorique ou disciplinaire : bien que le GEREP rassemble à l’origine des spécialistes de philosophie politique et éthique, il se veut espace d’accueil des différentes perspectives.

1.2. Dynamiser l’idée républicaine

Le GEREP est animé par un idéal de recherche philosophique, et non par un positionnement idéologique. À ce titre, il n’est pas partisan et n’exprime aucune affiliation politique. Son but n’est pas de défendre une ligne politique, ni même une thèse philosophique monolithique à laquelle tous les membres adhèreraient de façon unanime.

Au contraire, la création du GEREP découle de la volonté de poser la république comme une question, en ne présumant pas de l’unicité d’une éventuelle théorie sous-jacente ou des traditions qui s’en sont saisies depuis plus de deux millénaires. L’idée républicaine rassemble des théoriciens et des hommes politiques ; elle se caractérise par une très grande variation de concepts et d’applications pratiques, d’Aristote aux républicanismes contemporains, de Périclès aux politiques « républicaines » actuelles. S’il pourrait sembler aisé d’identifier un cœur commun, autour des idéaux de bien commun, de vertu, de citoyenneté et de démocratie, l’analyse fait de la république un concept plus problématique, capable d’osciller de l’individualisme au communautarisme, de la révolution au réformisme. Ainsi à l’heure actuelle, en France, peut-on constater que tous les partis politiques se présentent comme « républicains ». C’est pour lutter contre l’appauvrissement conceptuel de notre pensée politique commune, qui fait de « républicain » une coquille vide, vague synonyme de « légitimité politique » – voire de simple conformité aux lois et aux institutions –, que le GEREP se propose d’interroger un concept riche de problématiques, tant sur les plans historiographique que conceptuel ou politique. Il s’agit alors de faire surgir une pensée politique qui, contrairement à ce que l’on pourrait supposer, ne fait pas l’unanimité et qui permet de développer, aujourd’hui encore, des approches originales aux questions actuelles.

Les premières séances de travail ont ainsi permis de commencer à identifier une série de problématiques qui mettent particulièrement en tension l’idée de république. Cette liste de thématiques générales doit être considérée comme une première orientation non-exclusive des travaux du groupe :
• Préciser le lien entre moral et politique. La vertu comme unité des sphères morales et politiques est-elle un élément essentiel du républicanisme ? S’agit-il d’une exigence minimale ou maximale de vertu ? Jusqu’où peut-on, doit-on exiger la vertu sans nier la liberté qu’il s’agissait de rendre possible ?
• Identifier le lien entre républicanisme, communautarisme et nationalisme. La deuxième question porte sur les conditions de réalisation d’une communauté civique. Si le républicanisme se fonde sur une telle communauté, peut-il être cosmopolitique ou internationaliste ? Quelle est la nature de cette communauté civique, est-elle réductible aux communautés fondées sur une identité de croyances, de mœurs souvent héritée ? Distinction entre communauté nationale et politique ?
• Analyser le rapport entre la république et l’institution. Le républicanisme est-il nécessairement révolutionnaire ? Peut-on institutionnaliser la contestation populaire sans la nier ?
• Développer le rapport entre la république et la critique sociale. En tant qu’idée, la république apparaît bien souvent comme un instrument de critique sociale. Est-ce vraiment le cas ? Et, dans l’affirmative, n’est-elle que cela ?

1.3. La responsabilité sociale de la recherche

Le GEREP est un groupe de recherche constitué par les exigences d’exactitude et de véracité propres à la constitution académique des savoirs. Mais il se fonde également sur une conscience aiguë de la responsabilité sociale de la recherche philosophique, et sur l’effort d’ouverture nécessaire sur la scène publique. Fidèle au but même de l’université, qui cherche à enrichir la société qui l’accueille, ce groupe d’études entend constituer une passerelle entre les préoccupations quotidiennes et les développements conceptuels les plus pointus.


Une réflexion au sujet de « Présentation »

  1. Ping : Séance 4 du séminaire HiSoPo: « Culture des républicanismes », avec Jeremy Barthas, Marc Bélissa, Christopher Hamel et Yannick Bosc, 15 février 2016. | HiSoPo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *